Category

Social / Sokial

Category

Le texte a été présenté mercredi à la presse par le ministre du Travail. Il prévoit de passer de 60 à 62 ans l’age de départ minimum à la retraite et de 65 à 67 ans l’âge garanti. Il élève de 40 à 41,5 le nombre d’années de cotisation, et n’élabore aucun aménagement pour les métiers pénibles et usants.

Ce texte s’aligne-t-il comme annoncé sur la moyenne des pays européens ? … En réalité si l’âge de départ à la retraite est plus élevé dans d’autres pays européens , la durée de cotisation n’est pas forcément aussi longue. Par exemple en Allemagne on peut partir avec une retraite à taux plein à 63 ans après 35 annuités quand il en faudra 41,5 dans l’Hexagone. Alors que le texte du gouvernement a fait l’impasse sur la pénibilité du travail, en oubliant de voir par exemple les différences d’espérance de vie entre les ouvriers et les cadres, on observe que seule 3,9 % des plus de 55 ans sont reconnus en invalidité quand ils sont 13% au Pays-Bas ou 16% au Danemark, réputé pour  avoir une dureté des conditions de travail qui seraient moindre à celle observée dans l’Hexagone. Enfin le recul de départ à la retraite pleine et garantie à 67 ans, ferait passer la France pour l’Etat d’Europe ayant l’âge de retraite et la durée de cotisation les plus longs. Ceci constitue de plus une nouvelle injustice sur les salariés déjà les plus précarisés, ceux qui enchaînent actuellement le plus de périodes de chômage, c’est à dire les femmes et les jeunes.

Les contre-réformes Sarkozy de ces dernières années années, comme les suppression de postes dans les services publiques, la défiscalisation des heures supplémentaires, les privatisations, la suppression de la taxe professionnelle, le travail le dimanche, la loi limitant le droit de grève dans les services publiques, l’abandon des politiques d’emploi vis-à-vis des jeunes, se font aux détriment de l’emploi et des droits et acquis sociaux des travailleurs. A l’inverse, le gouvernement et l’assemblée nationale française ont offert le « bouclier fiscal » à ceux qui était les plus aisés, à ceux qui ressentaient le moins les effets de la crise, qu’ils avaient provoqué par leurs spéculations boursières…

La crise justement, qui tombe visiblement bien pour justifier cette nouvelle contre-réforme des retraites. La crise, qui au lieu d’imposer une réforme sociale du système économique, de faire payer ceux qui se sont enrichis à la nourrir, va permettre à Sarkozy et ses amis de mieux s’enrichir en faisant peser les déficits de l’Etat sur ceux qui la subisse. Pourtant les périodes de crises économiques dans l’Hexagone ont été des moments de réajustement entre les profiteurs et les salariés. Cela à été le cas pour les congés payés, ou la sécurité sociale, l’assurance chômage, la création des Revenus Minimum etc…. Là le choix est clairement de prendre aux plus pauvres, aux classes laborieuses pour offrir aux plus aisés. Tout le monde est prévenu.

voir aussi : http://www.breizhistance.tv/2010/05/26/jeudi-27-mai-manifestons-pour-des-retraites-solidaires/