Tag

macron

Browsing

Nous diffusons ci-dessous un communiqué de Douar Didoull annonçant l’organisation d’une conférence-débat sur l’extractivisme qui se tiendra à Lok-Envel le 1er avril.

La rédaction de Bretagne-Info.org.

 

Le collectif Douar Didoull « Pour la préservation de notre terre et contre le projet minier » dit de « Lok-Envel », organise le vendredi 1 avril 2016, à 20h30, à la salle des fêtes de Lok-Envel, une conférence-débat sur le thème de l’extractivisme.
« Extra-quoi ? » Le terme « extractivisme » déroute. Il manque d’élégance, exige un effort de prononciation. Pourtant, ce vocable circule de plus en plus, car l’exploitation industrielle de la nature, à laquelle il renvoie, s’intensifie partout sur la planète.

Anna_Bednik_Extractivisme_Douar_Didoull
Anna Bednik

Cette conférence sera animée par Anna Bednik. Diplômée en économie (ESSEC) et en géopolitique (Sorbonne/ENS), Anna Bednik est journaliste indépendante (Le Monde diplomatique…), engagée dans plusieurs mouvements et réseaux anti-extractivistes nationaux et internationaux, parmi lesquels le collectif ALDEAH (Alternatives au développement extractiviste et anthropocentré : www.aldeah.org) et le mouvement des collectifs anti gaz et pétrole de schiste.

Son travail sur l’extractivisme, qui se nourrit aussi d’une connaissance directe d’un grand nombre d’expériences de lutte en Amérique latine, a donné lieu à des contributions à des ouvrages collectifs (Amériques latines. Émancipations en construction, Syllepse, 2013 /  Creuser jusqu’où ? Les limites de la croissance, Ecosociété, Montréal, 2015, avec le collectif ALDEAH) et à des publications dans des revues (Entropia, Pandora, Mouvements…).

Cette rencontre sera l’occasion également de présenter son dernier livre : « Extractivisme. Exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances », paru aux éditions Le passager clandestin.

Pour plus d’infos :
http://lepassagerclandestin.fr/catalogue/essais/extractivisme.html
http://www.aldeah.org/

Ça y est, la campagne des élections régionales 2015 pour la région administrative Bretagne est cette fois vraiment lancée !

Après le dévoilement des 91 noms qui figurent sur notre liste et la publication de notre programme d’urgence sociale, environnementale, culturelle et démocratique, voici maintenant venu le moment de faire appel à vous pour une collecte d’argent afin de nous aider à payer une partie de la campagne électorale. Vous pouvez également choisir de faire un don mensuel.

Cliquez sur le lien ci-dessous afin de faire un don.
Merci beaucoup / Trugarez vras !

 

Afin de soutenir financièrement la liste “Bretagne en luttes / Breizh o stourm” nous vous proposons également l’achat en ligne du livre “Le ZHBécédaire : lexique politique radical de Bretagne” écrit par Gael ROBLIN (tête de liste régionale) et édité chez Goater Éditions. Ce petit livre vous permettra de mieux comprendre certains mots, concepts ou sigles parfois mal maîtrisés ou ostracisés (Autodétermination, Autonomie, Constitution, Indépendance, Nation, Régionalisme, etc.) et qui prennent tout leur sens à quelques jours du scrutin régional…

Cliquez sur le bouton ci-dessous pour acheter le ZHBécédaire au prix de 12 € (frais de port compris pour l’hexagone) :

Paypal_Regionales_2015_Bretagne_En_Luttes_ZHBecedaire

ZHBecedaire_Lexique_Politique_Radical_Bretagne_Gael_Roblin_Editions_Goater

Bretagne en Luttes ! Breizh o stourm !” c’est donc le nom de la liste impulsée par la Gauche Indépendantiste pour les élections régionales 2015 en Bretagne administrative.

Les premières têtes de liste départementales sont maintenant connues et seront : Alan Le Cloarec (23 ans) pour le Morbihan, Charlotte Bleunvenn (21 ans) pour le Finistère, Yoann Colas (27 ans) pour les Côtes d’ Armor et Gael Roblin (43 ans) pour la tête de liste régionale. La tête de liste en Ille-et-Vilaine sera dévoilée début novembre.

Bretagne_En_Luttes

Lors de la conférence de presse, ils ont tous tenu à rappeler leurs présence dans les mobilisations de jours qui viennent contre les projets miniers, pour le désarmement de la police, contre la centrale à gaz de Landivisiau, pour la langue bretonne à Karaez.

En étant la seule liste ouvertement indépendantiste et anticapitaliste, liant luttes sociales et environnementales à celle pour l’indépendance de la Bretagne, cette démarche se veut être capable d’être force de propositions en obligeant les autres candidats à se positionner sur les revendications dont elle se fera l’écho.

Ce qui est déjà notable c’est que la liste est presque bouclée et que sa moyenne d’age, qui s’annonce très jeune, tranchera avec le style des autres listes qui sont là pour recycler du personnel politique. Elle traduira ainsi le renouvellement générationnel de l’indépendantisme révolutionnaire. Il est aussi à noter que près d’une dizaine de militants issu du NPA ont choisis de rejoindre la démarche en tant qu’activistes anticapitalistes indépendants.

C’est la première fois dans l’histoire politique de Bretagne que la Gauche Indépendantiste se donne les moyens de proposer une alternative démocratique et sociale à cette échelle.

C’est une démarche dynamique et enthousiasmante qui reste ouverte aux militant-e-s féministes, syndicalistes, antiracistes, antimilitaristes qui veulent construire ici en Bretagne l’unité populaire en faveur de la démocratie et de la justice sociale.

Le reste de l’agenda de la liste qui s’annonce chargé sera communiqué dans les jours qui viennent.

Pour rester informé et prendre part, vous pouvez nous contacter et nous suivre via nos comptes Twitter et Facebook.

Skritell_Affiche_Bretagne_En_Luttes_Regionales_2015

La candidature officielle de Jean-Yves Le Drian, actuel ministre de la guerre du gouvernement Valls, dans le cadre des régionales en « Bretagne » (quatre départements) démontre plus que jamais la nécessité d’une liste bretonne radicalement anticapitaliste et totalement indépendante du PS au premier comme au second tour. C’est la seule alternative crédible à gauche pour faire entendre la voix de ceux et celles qui s’opposent à la politique antisociale de ce gouvernement, qui travaille ouvertement en faveur des plus riches comme en témoignent les provocations incessantes du ministre Macron.

Un gouvernement qui a souverainement méprisé l’avis des bretons lors de la réforme territoriale en refusant de les consulter sur l’évolution institutionnelle et la réunification de la Bretagne.

L’implication de Jean-Yves Le Drian le marchand de canons dans les guerres de rapines impérialistes au Moyen-Orient ou en Afrique ne trouve pas plus grâce à nos yeux. Bien au contraire, il faut faire entendre depuis la Bretagne une voix internationaliste affirmant sa solidarité avec le peuple Kurde, exigeant que le gouvernement français rompe ses relations avec le régime autoritaire de Erdogan qui laisse massacrer les révolutionnaires et les progressistes et que les résistants du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) ne figurent plus sur la liste des organisations terroristes interdites en Europe.

Pour la Gauche Indépendantiste (Breizhistance).

Gael Roblin

Une fois de plus, après VINCI et l’aéroport de Notre dame des Landes, après l’autorisation donnée à la société CAN d’extraire du sable marin dans la baie de Lannion et de détruire tout un éco-système au mépris de la population qui s’est clairement et massivement opposée à ce projet, c’est au tour de la société capitaliste VARISCAN de recevoir les largesses du gouvernement français par le biais de son ministre-banquier Emmanuel Macron. En effet, l’entreprise-fonds de pensions Variscan Mines vient de recevoir l’aval des autorités pour lancer la prospection de minerais dans la zone dite de Loc Envel et qui concerne pas moins de 25 communes sur une superficie de 336 km2, et ce contre l’avis de la population et de presque tous les élus concernés. Depuis des mois, le comité d’opposants Douar Didoull informe les habitants et les élus des dangers irrémédiables encourus si ce projet se réalise et ce dès la prospection. Les mines propres n’existent pas et partout où les sociétés minières modernes sont passés, elles ont laissé derrière elles une zone dévastée, nappes phréatiques polluées par les métaux lourds, terrains ravagés par l’exploitation ( rappelons qu’une mine est considérée comme rentable à partir de 5g d’or ou de tungstène par tonne de terre retirée, faites le calcul pour 100kg d’or…), forêts et talus détruits pour faire passer les camions… Une fois de plus donc, l’état français sait mieux que les bretons ce qui est bon pour eux, Paris décide que la Bretagne sera une zone minière (pas moins de 9 projets comme celui-ci sur les cinq départements!) et les bretons devraient accepter car c’est pour leur bien mais ils ne le savent pas, il est vrai que pour le banquier-ministre, le peuple n’est qu’un ramassis d’illettrés ( GAD)! Et ils nous refont le coup du chantage à l’emploi par voie de presse alors même que les dirigeants de Variscan affirmaient devant les élus lors d’une réunion en préfecture qu’il n’y aurait aucune retombée d’emploi, seulement de gros profits réalisés pour eux et leurs actionnaires et le prestige pour l’Etat français de relancer l’activité minière. Le gouvernement socialiste est complètement vendu aux entreprises capitalistes et ne cesse de leur distribuer des cadeaux alors même que l’essence de ces entreprises n’est pas de se préoccuper du bien-être des populations mais bien d’ accumuler plus de profits pour eux-seuls. Ce projet avait vu le jour sous le gouvernement Ayrault où siégaient des élus Europe écologie et a ensuite été repris par le gouvernement de Manuel Valls et son nouvel icône Mr Macron. Ce gouvernement n’a jamais été de gauche, il a toujours privilégié les intérêts privés au bien être des populations.
Nous appelons tous les habitants des zones concernées par ces projets inutiles et destructeurs à se mobiliser dans les semaines qui viennent, à rejoindre ou à créer des collectifs d’opposants et à utiliser toutes les formes de luttes contre la loi du capital et l’impérialisme qu’il soit économique ou territorial; La seule solution pour se débarrasser de ces projets est de changer de société et prendre nous même nos affaires en main. Les bretons peuvent décider eux-mêmes de leur avenir et n’ont pas besoin que des nantis à la solde des multinationales et de l’Etat centraliste décident pour eux.
A bas le capital, solidarité avec les habitants de la zone de Loc Envel.
Vive la Bretagne libre et socialiste, respectueuse de l’humain-e et de son environnement.

Breizhistance IS- la gauche indépendantiste.

500 à Lorient, 300 à Vannes, 4500 Nantes, 1500 à St Brieuc et Brest, un peu plus de 2500 à Rennes, très peu à St Malo… la journée d’action et de grève du 09 avril contre la loi Macron et l’austérité ne restera pas dans les mémoires en termes de mobilisations.

A l’appel de Solidaires, FSU, CGT et FO c’est donc moins de 10 000 personnes qui auront battus le pavé breton. C’est moins catastrophique que ce que certains redoutaient , ce qui dénote d’un potentiel certain si le travail de popularisation avait été fait autrement  en amont.

 

Aller manifester à Paris une bonne idée ?
Aller manifester à Paris une bonne idée ?

Enfin le choix de la CGT d’envoyer beaucoup de ses adhérents à Paris faire masse n’est pas une pratique susceptible de mobiliser au delà d’un certains cercles de militants chevronnés voir spécialisés.

La relative unité syndicale n’a pas tenu partout, ainsi à Lorient c’est deux cortèges aux slogans identiques qui ont sillonnés les rues de la ville ( FO et Solidaires d’un coté , CGT et FSU de l’autre ).

A Rennes cette culture de l’entre soi syndical a amené à une situation simplement consternante quand des dizaines de salariés des messageries Mory Global ( un transporteurs qui a licencié en masse ) venus manifester , ce qui faisait d’eux les quasi seuls représentants visibles du privé en lutte (malgré le salutaire débrayage de CGT à Citroen qui a perturbé la production de la Janais ) , mais qui se sont retrouvés en toute fin de cortège ! Et ce au prétexte de l’insuffisance d’implantation syndicale dans leur entreprise ! Pourtant de cette partie du cortège ( un peu colorée ! ) on entendait beaucoup de slogans hostiles au gouvernement !

A Rennes, Nantes, Brest les militants anticapitalistes ont défilés ensembles faisant entendre des voix plus radicales, parlant de grève générale reconductible, d’occupations. Mais ils semblaient bien seuls …Comme si les autres ne croyaient pas trop à la perspective de l’abrogation de la loi Macron…

A-t-on jamais vu un mouvement social de fond se construire sur la base de quelques promenades squelettiques ne regroupant que des militants spécialisés et dont l’attraction culminante est la «  montée » à Paris ?

09AVRILRENNES

Pourtant à Rennes dans le cortège anticapitaliste impulsé par le Collectif Antifasciste et le Collectif Chomeurs Précaires Etudiants en Lutte, qui fût le seul à populariser des slogans contre l’unité nationale, on pouvait lire dans un quatre pages intitulé LABOUR qui y était diffusé  :

«Ainsi donc se déroule enfin une journée d’action interprofessionelle doublée d’un mot d’ordre de grève contre la loi Macron et l’austérité. Ne boudons pas notre plaisir devant une telle initiative. Voilà qui tranche avec les appels à l’« unité nationale » qui prévalent depuis trop longtemps avec pour seul justification d’exploiter la légitime révulsion que nous impose des massacres et le seul but de nous faire oublier qu’ici comme ailleurs deux classes aux intérêts divergents s’affrontent.
Pour autant le déroulement de cette journée d’action et de grève ne nous satisfait pas. Pourquoi certains ont ils privilégié l’organisation d’une « montée » à Paris plutôt que l’organisation d’assemblées générales interprofessionelles ?
En Guadeloupe depuis mars dernier dans la perspective de reconduire le mouvement de 2009 qui avait aboutit à de nombreuses concessions de l’état et du patronat sur les salaires, les prix des matières premières, l’unité syndicale prévaut dans le cadre d’un calendrier revendicatif local non basé sur les critères des médias de Paris. Le 22/03 des milliers de manifestants scandant des slogans faisant référence à tous les problèmes qu’ils dénoncent : accès difficile à l’eau, l’essence, la terre et la violence sociale liée au chômage, aux licenciements, à la précarité, aux bas salaires, aux conditions de travail… se sont rassemblés à l’appel de quasiment tout le panorama syndical.
Reprendre notre autonomie de classe, en construisant notre calendrier revendicatif, hors du cadre médiatique et institutionnel en Bretagne comme en Guadeloupe, hors du cadre électoral. Voilà une façon de faire qui trancherait avec des pratiques parisiano-centrées qui ne déboucheront sur aucune dynamique et ce malgré la soif de combativité de ceux et celles qui n’ont que faire de « l’unité nationale » et n’ont aucun espoir de changement émanant de la « gauche » parlementaire et de ses avatars «radicaux”.


Construisons notre quartier général et notre   autonomie de classe en organisant l’unité populaire là où nous vivons et produisons !  ”

 

Nous n’aurions pas dit mieux !

Bien sur qu’il faut mobiliser et remobiliser , de nombreux conflits locaux pour les salaires se multiplient … Mais il faudra bien parler à un moment où un autre de la manière de s’organiser , au plus près du cadre de vie et de production de chacun et pas seulement entre (trop peu nombreux ) syndiqués….

Bretagne-info.

Le propos stigmatisant du ministre de l’économie Macron à l’endroit des ouvrières de GAD prétendument analphabètes ont le mérite d’illustrer parfaitement la façon dont les ministres de Paris regardent les bretons et plus particulièrement la classe ouvrière et les femmes, quand bien même ils osent encore se prétendre « socialistes ».

Osons le dire, ses propos renforceront le sentiment chez beaucoup de Bretons que nous pouvons et devons nous passer de Paris et de son mépris patriarcal et bourgeois.

Au moment où d’autres peuples d’Europe dont nous sommes solidaires notamment en Écosse et en Catalogne cherchent à s’émanciper de l’Espagne et du Royaume Uni qui n’ont plus rien à leur apporter en terme de progrès social, nous ne pouvons qu’affirmer que ces paroles insultantes renforcent notre volonté de populariser la seule alternative que représente une république bretonne indépendante, réunifiée, socialiste, féministe à travers laquelle les travailleurs, les ouvriers et les paysans imposeront leurs intérêts.

La Gauche Indépendantiste Bretonne (Breizhistance IS) le 19 septembre 2014. 

Dessin publié avec l’autorisation de Fañch Ar Ruz (Merci !)

http://blog.fanch-bd.com/