Tag

occitanie

Browsing

Le site occitan NOS se fait l’écho de la création d’une nouvelle organisation Occitane se revendiquant de la lutte pour l’indépendance et le socialisme le 1er mai dernier.

L’Organisation Démocratique du Peuple Occitan affirme “les occitans ne sont pas une minorité nationale mais une nation sans état” et définit ainsi l’indépendance :

L’indépendance n’est pas un but mais un moyen. Nous nous plaçons dans l’optique de dépasser qualitativement l’occitanisme issu de la seconde guerre mondiale. Cet occitanisme qui a accepté l’idéologie dominante de la bourgeoisie française comme sienne, c’est-à-dire le mensonge quotidiennement répété de l’État-nation France… Cet occitanisme qui s’est mis à la remorque de la gauche française nationaliste et chauvine. Cette soumission nous a mené où nous en sommes, à l’inexistence d’un mouvement occitaniste politique fort et donc à un occitanisme culturel en pleine crise. En crise, car dépendant de la gauche social-démocrate ou du révisionnisme lui-même moribond. Cette gauche (qui va jusqu’à l’extrême gauche) n’a jamais réussi à faire de rupture avec l’idéologie dominante. Aucun mouvement ne parle du droit à l’indépendance des nombreuses nations dominées de l’État français, ou sinon de manière sélective.

Face à cela nous devons assumer et porter un projet de rupture qui ne peut passer que par l’affirmation de la souveraineté nationale. Cette rupture idéologique centrale est une nécessité face au terrorisme intellectuel qui veut faire de nous des nationalistes de domination. Seul un État indépendant de la France impérialiste pourra assurer notre libre développement. Cet État nous le voyons comme le défenseur de la souveraineté populaire et nationale. Nous le voyons comme l’instrument au service de la classe ouvrière et des classes dominées, au service du socialisme et de la renationalisation de l’Occitanie.

Nous défendrons la légitimité historique et politique d’un état national.

La suite est là.

Cette info a été reprise sur le site du CDR Paris qui œuvre en solidarité pour l’indépendance Catalane depuis Paris. C’est une reproduction d’un article paru sur l’Indépendant de Perpignan. Nous le rediffusons pour créer des débats et initiatives dans les organisations syndicales en Bretagne, bien silencieuses sur la situation en Catalogne sud. Plusieurs semaines après la parution de cette info la situation répressive en Catalogne s’est aggravée par le maintien en détention de certains dirigeants indépendantistes, des menaces de poursuites contre d’autres militants de différentes sensibilités.

L’Occitanie ici évoquée correspond à la région française administrative du même nom, pas au territoire revendiqué par les occitanistes. (NDLR)

Des  syndiqués CGT militants à la Gauche Indépendantiste Bretonne.

Réunie les 5 et 6 décembre à Carcassonne pour sa première conférence régionale, la CGT Occitanie fraîchement créée, issue de la fusion des comités régionaux Languedoc-Roussillon et Midi Pyrénées a voté jeudi une motion de soutien « aux travailleuses et travailleurs de Catalogne et leurs organisations syndicales représentatives ».

230 Cgtistes, leur nouveau bureau et le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez condamnent la « répression policière » : « En envoyant la police réprimer l’organisation du référendum et en emprisonnant ses opposants politiques, le gouvernement Rajoy a délibérément fourni des arguments à ceux qui voulaient une déclaration unilatérale d’indépendance. Avec nos camarades des syndicats de Catalogne, nous exigeons l’arrêt immédiat des détentions et actions policières au sein des institutions catalanes. »

« Fidèle a ses principes fondateurs, la CGT exige le respect et la garantie des droits fondamentaux, dont le droit du peuple à choisir son avenir, partout dans le monde (…) Incarcérer des membres de l’ex-gouvernement catalan alors que des élections régionales sont convoquées revient à vider le débat démocratique de sens. On ne saurait régler une question politique par la voie judiciaire et invoquer les formes de l’Etat de droit pour mieux en ignorer l’esprit »… En fin de motion, le syndicat « appelle le gouvernement français à sortir de sa position bienveillante vis à vis des violences policières et violations des libertés. Le gouvernement français et l’Union Européenne doivent oeuvrer pour une sortie de crise qui soit respectueuse de l’expression de la diversité des opinions qui existent en Espagne et en Catalogne ».

Pour la CGT, « les premières victimes des conflits sont toujours les travailleurs-euses », affirmation développée dans le dernier paragraphe de la motion :

« Le grand capital qui capte autoritairement les richesses que nous produisons reste toujours la principale cause des conflits. En Catalogne, en Espagne comme en France, les cures d’austérité, les attaques coordonnées contre les droits sociaux et du travail génèrent l’appauvrissement des travailleurs-euses par la captation des richesses. le capital, sur tous nos territoires, et ses soutiens zélés que sont les gouvernements actuels espagnols et français portent une lourde responsabilité dans ces situations » affirme encore la CGT Occitanie dans sa motion de soutien.

Le site Occitan Nos-Novelas Occitanas a traduit un texte d’une femme noire catalane faisant le point sur la complémentarité des luttes féministes, indépendantistes et anti-racistes. Le texte original est là sur un blog d’afrodescendantes de l’état espagnol. Bretagne Info.

Je suis une femme, fille d’immigrés, immigrée, catalane, de gauche, TRÈS à gauche, et noire… Surtout noire.

Le 1er octobre 2017 je suis allée voter, j’ai protégé une école-bureau de vote, et oui, J’AI VOTÉ. Plusieurs fois je me suis demandé si cela apporterait un changement et si tel est le cas, si ce changement bénéficierait aux groupes minoritaires et opprimés dont je fais partie. Sincèrement, j’ai dans la tête plusieurs réponses qui varient selon la perspective :

Étant de gauche, je considère que c’est un devoir de défendre le droit à l’autodétermination. Au-delà du “oui” ou du “non”, connaissant la situation politique en Espagne, je me risquerais même à parler d’un acte d’ANTIFASCISME, au vu des armes que le gouvernement espagnol utilise. D’un autre côté, en tant que personne noire, immigrante et fille d’immigrants, je ne vais pas affirmer qu’en Catalogne il n’y a pas de racisme. Bien au contraire, il existe. Je souffre du racisme depuis ma naissance et le même parti qui promeut l’indépendance (PdeCat) est un parti qui perpétue son existence, si bien que nous pouvons nous demander : que deviendront les personnes sans papiers ? Et celles des CIES ? L’article 7 de la Loi de Transition Juridique ne répond pas à ces questions.

Bien que ceci ne semble guère convainquant, il ne semble pas que la situation des personnes racisées va beaucoup changer quoi qu’il arrive ; si bien que je considère que nous ne pouvons pas nous abriter derrière un “tout va rester pareil, alors je ne vais rien faire”, car avec cette même équation, tout activisme serait éternellement vain. Nous ne pouvons pas vivre en idéalisant que ce que va être la République catalane sera infiniment meilleur que dans n’importe quel coin du monde, parce que le problème découle de quelque chose de bien plus grand : du SYSTÈME.

Concrètement, vivant dans une société où prime la suprématie blanche, il est parfaitement clair que les oppressions ne vont pas prendre fin du jour au lendemain lorsque la Catalogne sera une république. Mais je considère que toute personne dotée d’une conscience de classe, et connaissant les oppressions devrait tirer parti de cette situation. Le conformisme sur l’air de “ça ne va rien nous apporter” ne justifie rien et ne fait que consolider le discours de ne pas nous considérer comme des sujets politiques, nous mettant tous dans le même sac de personnes “sans conscience politique” sur la base du “rien ne changera”.

À l’intérieur de moi existe un conflit de savoir si réellement l’indépendance va nous apporter quelque chose ; mais étant utopiste, je veux croire que le fait de construire quelque chose de nouveau (“nouveau” entendu ici comme quelque chose de meilleur qui puisse garantir le progrès de la société catalane) aidera un tant soit peu à construire un endroit où la misogynie, le LGBTphobie et le racisme, même s’ils ne vont pas disparaître, commenceront à être visibilisés comme les oppressions qu’ils sont. Si je crois à la République catalane, c’est parce que pour moi, construire quelque chose de nouveau auquel nous pourrons tous apporter quelque chose ne peut être que très positif.

Il convient de saluer comme il se doit, avec enthousiasme et camaraderie, la création de “NOS- Nouvelles OccitanieS” un nouveau média en ligne issu de la mouvance de la Gauche Révolutionnaire Occitane et témoignant ainsi du caractère plurinational de l’état français !

Nos lecteurs et lectrices trouveront de quoi lire que sur ce site qui justifie sa démarche en expliquant :

Nous avons besoin d’une PRESSE DÉMOCRATIQUE !

C’est-à-dire une presse qui montre au quotidien que les masses ne s’arrêtent jamais de lutter. Une presse qui se fait l’amplificateur et le soutien les luttes populaires qui animent les territoires. D’une presse qui défend les droits démocratiques du peuple : Droit à un travail socialement utile, droit à un logement décent, à une santé, une éducation, des transports de qualité et gratuits etc. Qui défend les plus exploités et notamment les masses Afro-Musulmanes. Mais aussi les droits démocratiques du peuple d’Occitanie, notamment l’officialisation de l’occitan, le développement de l’éducation et de la culture.

Une presse qui se fait l’écho d’un peuple en plein réveil qui mérite d’exister et de vivre.

Mais c’est également un média qui mène une bataille idéologique en toute franchise :

La question des peuples périphériques (Corse, Breton, Catalan, Basque, Arpitan, Occitan, Alsacien, Flamand) dans l’état français marque une première ligne de démarcation dans la politique française.

Des anarchistes, en passant par les communistes, les sociaux-démocrates, les centristes, jusqu’aux fascistes cette question marque une ligne de rupture. Les révolutionnaires français, toutes tendances confondues, sont souvent très mal à l’aise avec cette question.

En effet, loin d’être secondaire ou inexistante comme certains veulent le faire croire, elle est justement centrale par le fait qu’elle touche à la construction même de l’État bourgeois français. Le refus d’officialiser nos langues, ou seulement de signer la charte des langues minorisées, démontre la profondeur du problème.

Elle est donc une ligne de démarcation, ligne qui se précisera en même temps que notre combat, la nier, ou la rejeter serait donc un soutien objectif à l’État bourgeois.

Cette lutte fait la jonction avec la lutte des populations d’origines immigrées qui (sur)vivent dans l’État français comme des semi-colonisées. Cette prise en compte des masses Afro-Musulmanes et la pluralité de la terre occitane nous fait adopter la dénomination de peuple d’Occitanie à la place de peuple occitan. Cela nous permet de marquer l’inclusion dans notre projet émancipateur de cette problématique, elle aussi marquant une seconde ligne de démarcation centrale dans l’État français, d’une large fraction des classes populaires d’Occitanie.

L’Occitanie n’est donc pas à proprement parler, pour nous, un projet national mais bien un projet émancipateur révolutionnaire, le nom d’une nouvelle société en formation.

On y trouve entre autre des infos et réflexions de bases sur la revendication Occitane, son histoire et son actualité mais aussi en toute logique des articles traitant de féminisme, luttes sociales, de football, d’antifascisme et d’actualités internationales (Pérou, Pays Catalans…).

Une initiative à faire connaître en likant la page Facebook de NOS-Novelas OccitaniaS.

Longue vie à NOS Novelas-Occitanias et à toutes les composantes de la Gauche Révolutionnaire Occitane ! 

 

La Gauche indépendantiste bretonne organise vendredi 29 septembre un meeting de solidarité avec le peuple catalan.

Il est fondamental après les déclarations de Jean-Yves Le Drian en faveur d’une Espagne forte et unie que le bretons se mobilisent pour faire respecter le droit à l’autodétermination du peuple catalan.

On y parlera aussi de l’appel international de soutien au peuple catalan que nous avons initié et signer par de nombreuses organisations de nations sans état sous domination française et de la manifestation pour l’unité de la Bretagne qui se déroulera le lendemain à Nantes.

Nous recevrons Gautier Sabrià, membre de la CUP (Gauche indépendantiste catalane), pour nous expliquer la situation actuelle en Catalogne, où sera organisé dimanche 1er octobre un référendum d’autodétermination, malgré l’interdiction du pouvoir central de l’état espagnol. Gautier Sabrià nous expliquera le processus qui a amené à l’organisation de ce référendum, et il nous éclairera également sur la situation du Nord de la Catalogne situé dans l’état français.

Rendez-vous vendredi 29/09 à 20h00 au Centre culturel breton “Yezhoù ha Sevenadur” à Saint-Herblain / Sant-Ervlan (44).

Infos pratiques :


Tram ligne 3, Bus 50 & 54 — Arrêts “Sillon de Bretagne”, “Angevinière”.

A l’occasion d’une marche de solidarité avec le peuple catalan sur le Menez Bré en Bretagne, dans le cadre de l’université d’été de la Gauche Indépendantiste Bretonne, a été rendu public un document unitaire. Il s’agit d’un manifeste de solidarité avec le peuple catalan signé par de nombreuses organisations évoluant dans les nations sans état sous domination française. Il souligne les implications dans l’état français du processus catalan et appelle à renforcer le mouvement de solidarité avec le peuple catalan.

Manifeste de solidarité avec le peuple catalan.

Le 1er octobre, le peuple catalan est invité à se prononcer sur l’indépendance de la Catalogne dans le cadre d’un référendum auto-organisé dont la légalité est contestée par le pouvoir Espagnol.

Les mesures d’intimidation diverses se succèdent : perquisitions des entreprises susceptibles de fabriquer du matériel de vote, déploiement ostensible de l’armée et de la police espagnoles, tentative d’interdiction du site internet de promotion du référendum, convocation judiciaire de plus de 700 élus s’étant engagés à favoriser dans leurs communes la tenue du vote, restrictions du droit de réunion…

Nos organisations implantées dans des nations sans état sous domination française tiennent à réaffirmer leur soutien :

  • Au droit inaliénable et légitime du peuple catalan à choisir sans contrainte et sans peur son avenir.

  • Son droit à proclamer à l’issue de ce vote une république catalane indépendante.

Par ailleurs, elles invitent les démocrates, les peuples et les travailleurs du monde et en premier lieu dans l’état français à exprimer publiquement leur soutien au peuple catalan qui fait vaciller par sa détermination à voter un régime monarchique vieillissant issue de la dictature franquiste.

La contribution du peuple catalan à redonner du sens à la démocratie est incontestable. Le processus catalan pour l’indépendance est riche d’enseignements car il explique de façon éloquente que le droit à l’autodétermination ne se quémande pas mais qu’il s’exerce sans attendre l’autorisation des états ou de l’Union Européenne. Il redonne du sens aux concepts de souveraineté, d’auto-gouvernance, d’auto-organisation à un moment ou les échanges économiques mondiaux se construisent plus que jamais au mépris de l’avis des peuples et au détriment du plus grand nombre et de l’environnement.

Beaucoup d’organisations de libération des autres peuples sous domination espagnole soutiennent le processus catalan mais nous rappelons que l’état français aussi occupe une partie des pays catalans et lui nie tout droit à choisir librement son destin.

Notre solidarité internationaliste envers le peuple catalan ne connaît pas les frontières franco-espagnoles et nous affirmons également que les catalans comme tous les peuples sous domination française devraient pouvoir exercer eux aussi leur droit à librement se déterminer pour construire un autre modèle politique, social et environnemental aux bénéfices de la majorité pour se débarrasser du capitalisme, du colonialisme et de l’impérialisme.

Organisation signataires :

Catalogne : CUP Perpinya

Corse : A Manca

Flandres : V-SB

Bretagne : Breizh O Stourm (Gauche Indépendantiste)

Pays Basque : Euskal Herria Bai, Askapena

Martinique : CNCP, PKLS

Occitanie : Collectiu Comunista Combat Proletari

Guyane : MDES

Polynésie : Tavini Huiratira

 Guadeloupe : UPLG (Union Populaire pour la Libération de la Guadeloupe)

Samedi 10 septembre les catalans habitant dans la partie de leur territoire dépendant de l’état français sont invités à manifester en nombre à Perpinya contre le nouveau nom de la “région” dont ils vont dépendre qui gomme complêtement leurs identité en mettant en avant le seul vocable “Occitanie”. Les mobilisations et protestations ont été nombreuses ces dernières semaines dans le nord des Pays Catalans. Nos camarades de la CUP ( Gauche Indépendantiste Radicale Anticapitaliste ) sont de la partie mais veulent faire entendre un autre point de vue allant plus loin que le seul “débat” sur le changement de nom de cette entité administrative française. Ils et elles indiquent : “Le mécontentement suscité par le nom de la nouvelle région naît surtout suite aux résultats de la consultation “populaire” et de l’interprétation que le Conseil Régional a fait de ces derniers. Bien que le nom puisse avoir une importance symbolique, voire même sentimentale pour une partie de la population de nord-catalane, ce qui chamboulera surtout notre quotidien, c’est bien ce modèle institutionnel recentralisateur qui est en train d’être fortement renforcé. Pour une gestion participative, locale et cohérente de notre territoire, nous vous attendons nombreuses et nombreux le samedi 10 septembre à 15h, place Catalunya, dans le cortège du collectif SEM !

La suite de leur communiqué est là :

cup-perpinya

Après s’être nommé “Anaram au Patac” puis “Courant Révolutionnaire Occitan” et enfin Libertat, les militantEs de la gauche anticapitaliste qui luttent pour le droit du peuple occitan à l’autodétermination donnent rendez-vous à leurs sympathisants le 1er mai à Pau, où le mouvement est bien implanté. Et ce afin de construire le plus largement possible une nouvelle étape de l’occitanisme révolutionnaire ouverte aux jeunes sympathisants.

Voici le communiqué : (ici en Occitan)

La situation économique, sociale, culturelle se dégrade chaque jour un peu plus, et la gauche est complètement paralysée. La droite la plus dure est à l’offensive, les pensées réactionnaires dominent nos sociétés. Sous prétexte de protéger la population l’État révèle sa vraie nature, celle d’un appareil répressif se rapprochant du fascisme. 
Les militants et activistes progressistes sont déboussolés, ne sachant plus où donner de la tête. Si pour certain(e)s l’extrémisme est la seule issue, pour d’autres le seul moyen d’action (qu’ils ne peuvent d’ailleurs dépasser) est le pacifisme. Le fait que le mouvement progressiste soit écrasé alors que les classes populaires et intermédiaires sont touchées de plein fouet par la crise peut sembler paradoxal. Il n’en est rien, ce n’est pas un paradoxe, mais une mauvaise conception et une mauvaise compréhension de l’Histoire dont est emprunt la gauche dans l’État français. Nous y avons aussi participé. En parallèle la question occitane n’a jamais été aussi présente dans la société mais l’état français continue à nier nos droits culturels et politiques les plus fondamentaux. 
L’analyse de cette situation et notre propre histoire, nous ont conduit à nous remettre en question sur de nombreux sujets et pratiques. Depuis plusieurs mois nous avons amorcé, dans Libertat !, une réflexion sur la situation de notre mouvement et sur la question révolutionnaire en Occitanie. Nous avons établis un bilan de notre action politique, de nos pratiques militantes depuis la création du mouvement à l’automne 2009. Nous sommes repartis à la source pour repenser notre action et notre idée politique. Le but d’un révolutionnaire c’est de faire la révolution sans attendre qu’elle arrive mais bien en la construisant jour après jour. Ce moment charnière de l’Histoire de l’humanité avec les années difficiles à venir, la crise s’accentuant, est également un moment clé pour le peuple d’Occitanie. C’est le moment où va renaître le processus révolutionnaire au niveau mondial.

La période Libertat ! se ferme et nous en ouvrons une nouvelle avec la mise en place d’ un comité de construction visant à faire naître un mouvement à même de :

  • Défendre les droits démocratique du peuple (travail, logement, santé, droits linguistiques, culturels etc) en Occitanie en lien avec les autres peuples de l’État français, en Europe et dans le monde.
  • Organiser un mouvement sur toute l’Occitanie en liant la question politique (autodétermination et reconnaissance de l’Occitanie) à la question des droits culturels (officialisation de la langue occitane).
  • Lutter pour la révolution socialiste.

Le 1er mai 2016, nous organiserons un meeting à Pau (Béarn) pour présenter le projet du comité de construction. Nous vous invitons à participer et à rejoindre le comité de construction dans le but de bâtir un nouveau mouvement révolutionnaire dans les années à venir.”

Il y a quelques semaines David Grosclaude, conseiller régional d’Aquitaine adhérent du Partit Occitan et siégeant en tant membre associé d’Europe Ecologie et infatigable militant Occitaniste entamait une grève de la faim pour faire respecter la volonté de ce conseil et de celui de Midi-Pyrénées qui avaient voté la création d’un office public de la langue Occitane sur la base de l’expérience de ce qui existe en Bretagne et en Pays-Basque Nord.

Cette mobilisation a mis en lumière le fait linguistique Occitan et a permis de débloquer en quelques jours la situation bloquée par la mauvaise volonté de certains fonctionnaires , les deux ministères concernés s’étant engagés à cofinancer la création de l’OPLO.

Nous publions le texte de l’organisation de la Gauche Révolutionnaire Occitane Libertat, sensibilité Occitaniste organisée sur des bases anticapitalistes qui entretient des liens de longue date avec la Gauche Indépendantiste Bretonne.

Au moment où l’on reparle de la très éventuelle ratification de la charte européenne des langues minoritaires par la France à quelques mois des régionales , ces camarades rappellent que seule la lutte collective paie.

Bretagne  Info.

Retour sur la grève de la faim. (Libertat )

Libertat ! a suivi et participé à l’ample mobilisation qui a eu lieu autour des grèves de la faim, pour la mise en place d’un Office Public de la Langue Occitane. Le succès de ces grèves démontre deux choses :

 

-1 Nous sommes méprisés car enfin de compte nous l’acceptons, quand nous refusons ce fait là, la méprise s’estompe, on nous respecte et on se respecte. Nous nous sentons exister en tant que peuple. Nous retrouvons la fierté, la vergonha n’est plus qu’un souvenir historique.

-2 L’État français ne comprend que le rapport de force.

-3 Seul le rapport de force sous forme d’une action offensive nous permet d’être victorieux. Les petites victoires sont nécessaires pour en construire de plus grandes.

Rien n’est donc marqué du sceau de la fatalité. Rien n’est immuable, tout change, tout se transforme par nos actions.

Nous croyons fermement que si cette grève de la faim avait été décidée collectivement, et donc pas unilatéralement et individuellement, elle aurait eu une toute autre portée. Bien sûr cela implique qu’il y ait une réel mouvement occitan populaire et démocratique. Ce n’est pas encore le cas. Nous pouvons imaginer l’IMMENSE impact sur notre peuple qu’aurait une action coordonnée de grève de la faim devant les 33 Préfectures d’Occitània.

 

– « Une révolte, Sire ? »

 

 

C’est vers cela que nous devons tendre. Pour faire avancer la question nationale occitane et la question sociale que nous pensons intimement liées, nous vous proposons un texte sur la désobéissance populaire. Texte initialement rédigé à l’occasion du procès d’un militant de Libertat ! Refusant de parler en français à la Cour. Il ne tourne pas seulement autour de la question occitane mais il tombe aujourd’hui à point pour faire avancer le débat. Car tout n’est que question de conscience, tant de classe que nationale.

Sur le chemin de la désobéissance populaire.

Comment devons-nous lutter pour que le peuple occitan retrouve sa liberté ? Quel moyen doit mettre en œuvre la résistance à l’ordre capitaliste pour le dépasser ? Quel est le chemin vers la Révolution, vers le Socialisme ? Quelles sont les armes à utiliser ? Voilà plusieurs questions qui en ces temps de crise ont besoin de réponses claires.

Depuis quelques années l’idée de désobéissance civile ou citoyenne a été présenté comme LA solution pour construire « un monde meilleur ».

La désobéissance civile est l’arme d’un réformisme pacifique assumé. Ces actions visent à avoir une reconnaissance des institutions, de l’État sur tel ou tel sujet pour le faire évoluer. Elle s’appuie sur une espérée prise de conscience des masses endormies. Elle soulève la question du citoyen dans un État qui n’est là que pour éviter l’irruption de ces mêmes citoyens dans la et le politique.

Le concept de Désobéissance Populaire se place sur un autre terrain d’action et vise à faire augmenter l’antagonisme avec l’État. Nous n’attendons pas l’État nous reconnaisse comme partenaire, ni qu’il se transforme par le fait de notre action. Pourquoi ? Car vouloir que l’État, instrument des capitalistes, se transforme tel quel en Etat du peuple pour le peuple (c’est-à-dire socialiste) n’est tout simplement pas possible. L’État n’est pas un instrument neutre, au-dessus des classes. Il est toujours l’instrument d’une classe. Pour nous une société ne peut changer que de manière révolutionnaire et non pas à coup de réformes. Croire qu’on pourra changer le monde graduellement est un mythe qui sert les réactionnaires.

 

Les 50 dernières années ont fini de nous convaincre.

 

Cela ne veut pas dire qu’il faut abandonner la lutte pour de meilleures conditions de travail, de vie, de nouveaux droits… aujourd’hui, et attendre la Révolution. C’est seulement affirmer que chaque avancée qui sera gagnée par les luttes ne peut être garantie durablement car elle sera supprimée dès que l’opportunité se présentera, comme il en est aujourd’hui des acquis sociaux. La seule garantie pour les peuples de voir leurs intérêts garantis durablement, c’est d’en finir avec la logique qui mène le système actuel et donc le Capitalisme.

Mais d’ici à la Révolution, le chemin est encore très long. C’est la lutte des classes qui est le moteur de ce chemin, et cette lutte ne peut opérer que là où elle est menée consciemment, là où il y a conscience de classe.

 

Comprenons que la conscience de classe n’est pas un fait naturel. Elle est le fruit de la lutte, c’est un fait subjectif, c’est-à-dire qu’elle est le fait de notre action. Ce n’est pas parce qu’il n’y a plus (ou qu’une faible) conscience de classe que les classes ont disparu. Elles existent, c’est un fait objectif et cette confusion idéologique est centrale dans le discours dominant.

La désobéissance populaire vise donc avant tout à augmenter l’antagonisme avec l’État bourgeois français, montrer qu’il est incompatible avec les souhaits de la majorité actuelle de la population. Démontrer que tous les problèmes que nous rencontrons au quotidien ne peuvent être réglés dans ce système. La désobéissance populaire pour nous est le moyen d’entraîner de plus en plus de monde vers la rébellion et de faire reculer, où c’est possible, l’ordre actuel. Bien entendu si nous pouvons gagner des avancées sociales, nous n’hésiterons pas, il est évident que l’état actuel de la gauche vient de nos défaites et de nos reculs depuis 30 ans. Mais ces avancées seront gagnées seulement parce que l’État trouvera opportun de lâcher du lest, cela ne sera en aucun cas une fin en soi. Mais chaque victoire développe la conscience et n’endort pas la combativité comme nous le disent certains.

 

C’est aussi dévoiler le profond rôle anti-peuple de l’État, son caractère de classe.

Le mouvement révolutionnaire et même progressiste, que l’on qualifie de gauche est dans un tel état de dé(re)composition que c’est la droite qui est à l’offensive dans tous les secteurs de la société. Redonner espoir aux peuples, ré-apprendre aux masses qu’il est encore possible de rêver doit être notre ligne politique actuellement.

 

Désobéir à l’ordre existant de manière organisée, consciente et collective est une des manières pour reconstruire un mouvement politique au contact des besoins des classes populaires. Cette désobéissance rentre dans un mouvement plus large visant à donner le pouvoir au peuple, à détruire l’ordre capitaliste et à établir une société basée sur la répartition des richesses, ce que nous nommons le Socialisme. Cette désobéissance populaire doit faire apparaître de nouvelles zones où le contrôle du Capitalisme sera de plus en plus estompé. Elles préfigureront la nouvelle société de demain, le nouveau pouvoir.

Cette désobéissance populaire doit servir les intérêts des classes populaires, par exemple, un refus collectif de payer les impôts, les amendes, l’eau, l’électricité etc, ne peut que rassembler et faire croître les consciences. Cela a pour but de désorganiser l’État et de nous renforcer, de démontrer la validité de la question de la lutte des classes et d’affaiblir l’hégémonie de l’idéologie dominante. L’idéologie dominante met en avant le fait que tout ce qui se passe serait « naturel », que c’est peut-être triste mais que c’est comme ça. Nous devons nous insurger contre cette situation et redonner à nos rêves une réalité offensive.

 

Sur la question occitane, la désobéissance populaire est aujourd’hui le nouveau pas à franchir après les manifestations de masses. Plus des occitanistes affirmeront par leurs actes de désobéissances l’injustice de la politique française envers notre langue, plus la population prendra fait et cause pour cette juste lutte. Plus la conscience occitane rejaillira et plus, nous, militant(e)s au quotidien seront à l’offensive. Pour nous révolutionnaires d’Occitània, lier les deux types de désobéissance est la clé pour faire converger les intérêts des masses populaires et la question occitane. C’est sortir cette question d’un certain élitisme piloté par des techniciens de la culture, l’Occitània ne pourra renaître que quand le peuple aura empoigné à pleines mains cette problématique. Il ne pourra l’empoigner que quand elle sera intimement liée à la question de sa libération sociale.

 

La désobéissance populaire est donc un des instruments de contre attaque nécessaire, qu’il faut massifier à tous les aspects de la vie sociale.

Suite à la mort de Remi Fraisse, ce jeune homme de 21 ans tué par l’armée française samedi lors d’une manifestation contre le barrage de Sivens dans le Tarn en Occitanie, de nombreuses manifestations de rues se sont déroulées.

En Bretagne nous avons dénombrés des rassemblements plus ou moins importants à Rennes, Nantes, Saint Brieuc, Brest, Redon, Quimper. Ces rassemblements et défilés ont été massifs dans les métropoles bretonnes (plus de 600 personnes à Nantes le lundi 27 et 300 à Rennes le même jour). Une grande partie des manifestants étaient jeunes, sans encadrement de type parti ou syndicat traditionnels, mais déterminés à dénoncer les violences policières que subissent les opposants aux grands chantiers inutiles de Notre Dame des Landes au barrage du Testet, mais aussi les jeunes des quartiers populaires.

Si la mobilisation est plus dense en Bretagne qu’ailleurs c’est parce que tous ceux et celles qui se sont un tant soit peu mobilisés contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes savent que ce qui s’est passé à Sivens n’est pas un accident et arrivera sans aucun doute sur la ZAD du bocage Nantais si le gouvernement socialiste tentait de repasser en force.

Une manifestation à l’échelle de la Bretagne est annoncée samedi 1er novembre à 14h devant la préfecture de Nantes. Nous en reproduisons ici l’appel émanant d’occupants de la ZAD de Notre Dame des Landes.

La rédaction de Bretagne-info.

Pendant la nuit de samedi à dimanche un manifestant, Rémi, a été tué au cours des affrontements qui se sont déroulés lors du rassemblement contre le barrage de Sivens au Testet. Environ 7000 personnes ont convergé sur la zad du Testet après des mois d’attaques policières, de destruction de la zone humide et des habitats de ceux qui la défendaient. En fin d’après midi puis plus tard dans la nuit, des dizaines de personnes s’en sont pris aux forces de l’ordre qui protégeaient le chantier. Elles souhaitaient ainsi marquer leur colère et retarder la reprise des travaux, initialement prévue pour lundi. Elles ont été repoussées à coups de flashballs, de grenades assourdissantes, de désencerclement et de gaz lacrymogènes. D’après les témoignages des camarades du Testet, la personne décédée se serait écroulée suite à des tirs de grenade puis aurait été emmenée par les forces de l’ordre. La Préfecture affirme ne rien vouloir déclarer à ce sujet avant le résultat public de l’autopsie lundi. Le gouvernement a déjà commencé à stigmatiser les manifestants, et tente de diviser pour noyer le poisson. Mais ils savent bien que, quoi qu’ils fassent, cette mort aura des conséquences explosives.

Ce décès révoltant n’est malheureusement pas surprenant dans ce contexte. A Notre dame des landes, au Testet et partout où nous nous opposons à leurs desseins, nous avons dû faire face au déploiement crû de la violence d’État. Si nous avons bien compris de notre coté que nous ne pouvions nous contenter de les regarder docilement détruire nos vies, eux ont démontré qu’ils ne nous feraient aucun cadeau. Pendant les mois d’expulsion de la zad de Notre Dame des Landes, de nombreux camarades ont été blessés gravement par des tirs de flasballs et grenades. Sur la seule manifestation du 22 février 2014 à Nantes, 3 personnes, visées à la tête par des flashballs ont perdu un œil. Depuis des semaines au Testet plusieurs personnes ont été blessées elles aussi et d’autres accidents tragiques ont été évités de justesse lorsque des opposants se sont faits délogés, notamment des cabanes qu’ils avaient construites dans les arbres. Pourtant c’est bien, entre autre, parce que des milliers de personnes se sont opposées physiquement aux travaux, aux expulsions, à l’occupation policière de leurs lieux de vie que le projet d’aéroport de Notre dame des landes est aujourd’hui moribond, et que le barrage du Testet et ceux qui devaient lui succéder sont largement remis en question. C’est cet engagement en acte qui a donné une puissance contagieuse à ces luttes et qui menace partout aujourd’hui l’aménagement marchand du territoire.

Plus quotidiennement la répression s’exerce face à ceux qui luttent dans les prisons, dans les quartiers et dans les centres de rétention et entraîne là aussi son lot de morts trop souvent oubliées, plusieurs dizaines chaque année. Face aux soulèvements et insoumissions, la démocratie libérale montre qu’elle ne tient pas seulement par la domestication minutieuse des individus et des espaces de vie, ou par les dominations économiques et sociales, mais aussi par un usage déterminé de la terreur.

Nous appelons à occuper les rues et lieux de pouvoir partout dès demain, pour marquer notre tristesse, saluer la mémoire du camarade tué ce samedi et pour exprimer notre colère face à la violence d’Etat. Nous ne les laisserons pas nous tuer avec leurs armes dites « non létales ». Réagissons avec force pour qu’il y ait un avant et un après cette mort. Affirmons plus fort que jamais notre solidarité avec tous ceux qui luttent au Testet et ailleurs contre leurs projets guidés par les logiques de contrôle et de profit, barrage de Sivens mais aussi avec tous ceux qui tombent plus silencieusement sous les coups de la répression partout ailleurs. Nous ne nous laisserons ni diviser ni paralyser par la peur. Nous continuerons à vivre et lutter sur les espaces qu’ils rêvent d’anéantir, et à leur faire obstacle.

Nous ne laisserons pas le silence retomber, nous n’oublierons pas !